Sous le béton, la nature…

Jonathan Jimenez travaille la semaine en tant qu’analyste d’investissement à Paris, mais le week-end il se transforme en « Jonk », un photographe globetrotteur qui utilise son appareil photo pour explorer des coins de nature oubliés par l’Homme 🌿🏤🌱

 

Depuis l’adolescence, Jonathan Jimenez mène une double vie, formé avec des graffeurs à Barcelone, il adopte à l’âge de 17 ans le surnom sous lequel il travaille encore aujourd’hui : Jonk.

« J’ai d’abord cherché des graffitis dans les rues, mais ensuite j’ai commencé à chercher des graffitis cachés, je suis donc allé dans des endroits abandonnés. » confit-il. 

Urbex nature Jonk

La fascination de Jonk pour la culture graffiti l’a ensuite conduit à découvrir le monde de l’exploration urbaine ou UrbEx pour les initiés. C’est donc tout naturellement que appareil photo en main, il commença par passer son temps libre à rôder sur les toits, les métros et dans les quartiers abandonnés de Paris 🇫🇷. Puis, à passer des journées entières sous terre, en suivant le vaste réseau de catacombes de la ville. Finalement, sa carrière lui a permis de voyager encore plus loin : dans les ruines urbaines de la Croatie 🇭🇷 à Cuba 🇨🇺 en passant par Tchernobyl en Ukraine 🇺🇦 Voyez plutôt en faisant défiler les photos… 😉

 

Pour son premier livre, Jonk a décidé de se concentrer sur des images de bâtiments abandonnés qui ploient face au monde de la nature alors qu’ils étaient initialement supposée en être tenue à l’écart. Les photographies de Naturalia: Reclaimed by Nature ont été prises dans plus de 30 pays sur quatre continents.

« Il est poétique, voire magique, de voir la nature reprendre ce qui était la sienne« ,

explique Jonk.

Urbex Nature Jonk

« Réintégration à travers les vitres brisées, les fissures sur les murs, les espaces construits par l’homme, puis négligés. » Jonk

Urbex Nature Jonk

Le livre, publié ce mois-ci par Carpet Bombing Culture, présente une introduction de l’historien et archéologue français Alain Schnapp, qui décrit les photographies de Jonk comme « un long voyage entre mémoire et oubli, ruines et végétation, modernité et antiquité« .

Jonk travaille déjà sur son prochain projet de livre, qui présentera des monuments soviétiques abandonnés qu’il a découverts dispersés à travers l’Europe de l’Est. Comme les images de Naturalia, ces photographies seront dépourvues de sujets humains – un choix délibéré. « Certaines personnes aiment mettre des modèles devant ces scènes, mais ce n’est pas mon truc« , dit le photographe.


« Je veux juste que les gens voient les lieux, l’esprit à l’intérieur d’eux  »

Une phrase à méditer durant vos prochaines balades 😌💭

En nature Simone !


 

Total
11
Partages

Newsletter

Chaque mois, +10 000 amoureux de nature reçoivent notre newsletter. Et vous ?